Créer un site internet

alzeihmer

Quels sont les bienfaits du jeu d'échecs ?

Les échecs ont longtemps été le jeu des gentilshommes, des génies, des philanthropes et d'autres personnes douées. Cela a donné naissance à une idée fausse incroyablement répandue selon laquelle seuls les génies et les personnes douées peuvent jouer aux échecs et que ce jeu est strictement conçu pour eux. Si l'on demandait à quelqu'un de nommer les premières choses qui lui viennent à l'esprit lorsqu'il entend "joueur d'échecs", ce serait "vieux", "intelligent", "doué", "génie" et bien d'autres choses sans rapport avec les gens ordinaires... Mais une fois de plus, c'est une idée fausse - c'est une fausse croyance injectée aux gens par les médias. La réalité des échecs est différente - il s'agit en fait d'un passe-temps incroyablement bénéfique, car jouer aux échecs permet d'améliorer les fonctions cérébrales, la mémoire et les capacités cognitives, la pensée stratégique et l'attention. Tous ces avantages sont directement liés à la pratique des échecs, tant dans la vie réelle que dans les environnements virtuels, ce qui signifie que les échecs sont la réponse à la question : "Y a-t-il un jeu où je peux m'amuser et en tirer des bénéfices ?

Un meilleur fonctionnement du cerveau

le cerveau est remarquable - il est responsable de nos performances mentales et c'est l'organe le plus crucial du corps humain. Lorsque le cerveau n'est pas stimulé, les cellules à l'intérieur meurent lentement. C'est un exemple de la devise "si tu ne l'utilises pas, tu le perds", mais les jeux d'échecs sont un outil qui permet aux utilisateurs de faire un entraînement mental rigoureux. Prenons un exemple rapide : pour tirer le meilleur parti d'un entraînement physique, vous devez faire travailler les côtés gauche et droit de votre corps. Des études montrent que pour bien jouer aux échecs, un joueur doit développer et utiliser l'hémisphère gauche de son cerveau, qui s'occupe de la reconnaissance des objets, ainsi que l'hémisphère droit, qui s'occupe de la reconnaissance des formes. Avec le temps, grâce aux règles et aux techniques du jeu, les échecs permettent d'exercer et de développer efficacement non pas un mais les deux côtés du cerveau. Les scientifiques affirment également que jouer aux échecs peut améliorer l'âge mental jusqu'à 14 ans. Qu'en est-il de l'entraînement ?

Amélioration de la mémoire

Les scientifiques ont montré que les échecs aident à lutter contre la maladie d'Alzheimer, qui est directement liée à la perte de mémoire. Il existe de nombreuses tactiques et stratégies aux échecs et un bon joueur devrait en connaître la plupart, mais ce n'est pas le cas de s'asseoir et d'apprendre les tactiques par cœur. Au cours de nombreuses parties, les joueurs développent un sentiment presque naturel de savoir quand utiliser une certaine stratégie ou tactique - c'est là que les avantages d'une meilleure mémoire se font sentir - les joueurs peuvent rapidement se souvenir et utiliser différentes stratégies ou tactiques. Le meilleur, c'est que ce bénéfice ne se limite pas aux échecs - l'amélioration de la mémoire peut être constatée dans d'autres domaines de la vie tels que les résultats scolaires, les responsabilités, les engagements, etc.

Comment organiser l’habitation d’un parent atteint d’Alzheimer ?

Les personnes du troisième âge ont besoin d’assistance et surtout d’un soin particulier. Cette attention devient davantage nécessaire quand elles souffrent d’Alzheimer. Dans de telles circonstances, il convient de s’organiser afin de mieux les protéger. Recherchez-vous des astuces pour prendre soin d’un proche souffrant ? Découvrez comment organiser l’habitation d’un parent atteint d’Alzheimer.

Pourquoi modifier l’habitation d’un parent atteint d’Alzheimer ?

La maladie d’Alzheimer peut-être très dérangeante. Ce mal, qui entraîne une altération progressive de la mémoire, met les malades à rude épreuve. En ces moments, ils ont besoin de plus de soutien et d’assistance. Néanmoins, certains d’entre eux préfèrent vivre dans un milieu familier. Ceci favorise un meilleur état d’esprit et lutte contre l’angoisse. Ainsi, cette sensation de normalité les aide à mieux combattre le mal. Cependant, pour garder un parent souffrant chez soi, il convient de veiller à le protéger.

C’est justement pour cela qu’il est nécessaire de modifier son habitation. La mission ici consiste à lui créer un cadre où il peut mieux vivre. Ainsi, sans le sortir de son logement habituel, vous devez lui créer un climat favorable. Il faut alors savoir comment s’y prendre afin de bien prendre soin de son proche.

Améliorez la sécurité du logement

La première mission à laquelle il faut s’atteler, c’est de rendre la maison plus sûre. Il est alors important de vérifier tous les accessoires de la maison. Vous pouvez déjà commencer par débarrasser la maison des ustensiles coupants, à forte chaleur, ou plus ou moins dangereux. Contrôlez les équipements électroménagers afin d’éviter tout risque de court-circuit ou d’électrocution.

Femme aide autre femme agee

Également, il faut surveiller le gaz. Le mieux est d’éviter d’y avoir recours dans ces cas-là. Si cela paraît impossible, il faudra alors effectuer un suivi régulier. Aussi serait-il avisé de s’assurer du respect des règles de sécurité. Veillez également aux parois des murs et au sol du plancher. Privilégiez les matériaux non glissants. Faites recours au parquet en bois à la place du carreau par exemple. Toutes ces modifications amélioreront la sécurité de l’habitation.

Créez un environnement rassurant et apaisant

L’Alzheimer est une pathologie qui nuit aux facultés de mémoires de la personne qui en souffre. Ainsi, vu que le parent aura tendance à oublier, il est conseillé d’éliminer de la maison tout ce qui est superflu. Veuillez meubler son appartement du strict nécessaire ; ces choses dont il a toujours l’habitude. Ceci lui accordera l’assurance de vivre sans maladie.

Par ailleurs en ce qui concerne l’éclairage des différentes pièces de la maison, il faut garder les mêmes types de lumières auxquels le parent est habitué. La décoration peut être effectuée, mais seulement avec des motifs ou ses couleurs préférées. Il est conseillé par exemple de placer un porte-clés mural pour l’aider à vite trouver ses clés.

Faites de même pour le téléphone ou la télécommande et la télé. N’enregistrez que les contacts des personnes avec lesquelles il discute le plus souvent. Et masquez les touches superflues de la commande. Faites de même pour les chaînes qu’il ne regarde jamais.

De même, il est possible de recourir au post-it pour faire des rappels. À vous de trouver la formule pour rendre ceci plutôt amusant que stressant. Gardez néanmoins à l’esprit que l’environnement créé ne doit pas être figé. Modifiez-le donc en fonction des besoins et de la progression du mal de votre parent. Vous constaterez qu’il ne perdra pas de sa joie et poursuivra une vie plus ou moins épanouie.