maladie

La maladie de Parkinson

 

 La maladie de Parkinson

 

La maladie de Parkinson est la deuxième maladie neurodégénérative en France, après Alzheimer. Elle est une cause majeure de handicap chez la personne âgée. La journée du 11 avril est consacrée à cette maladie qui touche 200 000 personnes en France.

La journée du 11 avril est consacrée à la maladie de Parkinson et à ses conséquences. L'occasion de parler de ce trouble très invalidant qui touche plus de 200 000 personnes en France.

 

La maladie de Parkinson, c'est quoi ?

 

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative caractérisée par la destruction d’un groupe spécifique de neurones : les neurones à dopamine de la substance noire du cerveau, qui sont impliqués dans le contrôle des mouvements. Les symptômes sont les tremblements et mouvements saccadés, la sensation que le corps se fige, se raidit ou se bloque, la perte de l'odorat, des difficultés à se déplacer, à écrire...

C'est une maladie d'évolution progressive qui touche des personnes âgées de 58 ans en moyenne, mais elle peut se déclarer plus tôt. Environ 25 000 nouveaux cas se déclarent chaque année et, compte tenu du vieillissement de la population, l'incidence de la maladie progresse.

Selon une dernière étude de l'Inserm, une activité agricole importante, et en particulier la viticulture, serait associée à une augmentation de l'incidence de la maladie de Parkinson, même dans la population générale. Il est actuellement bien établi que les pesticides favorisent la neurodégénérescence ; et la maladie de Parkinson est d’ailleurs inscrite au tableau des maladies professionnelles chez les agriculteurs en France.

 

Quels sont les traitements ?

 

Plusieurs traitements existent qui permettent une amélioration de la qualité de vie et une diminution des symptômes. Mais tous les malades ne peuvent en bénéficier, en partie à cause d'un diagnostic trop tardif. En effet, au moment des premiers symptômes, la plupart du temps, près de 80 % des neurones de la substance noire sont déjà perdus.

Puis, très vite, d'autres neurones vont mourir, et la maladie, à un stade avancé, pour atteindra le cortex cérébral.

« Le traitement actuel consiste à restaurer les concentrations normales de dopamine ou à utiliser des mimétiques de la dopamine appelés des agonistes », expliquent les chercheurs de l'Institut du cerveau et de la moelle épinière (Icm). Ces traitements limitent les tremblements mais peuvent s'accompagner d'effets secondaires.

Il existe aussi la stimulation cérébrale profonde (Scp), aussi appelée neurostimulation, qui est pratiquée sur 5 à 10 % des malades de Parkinson. Il consiste en une stimulation cérébrale profonde par implantation d’électrodes dans le cerveau. Cette forme de traitement,  lourde pour le patient, est réservée à des cas particuliers. De plus, la Scp réduit la prise médicamenteuse, mais ne la supprime pas totalement.

Les techniques non médicamenteuses peuvent être un complément pour améliorer la qualité de vie des malades, comme la kinésithérapie, l'ergothérapie, l'orthophonie...

 

A lire:

 

Un guide « Mieux vivre avec la maladie de Parkinson »

Retraite Plus, service gratuit de conseil et d'orientation en Ehpad lance un nouveau guide complet et gratuit « Mieux vivre avec la maladie de Parkinson », conçu en collaboration avec l'association France Parkinson. Il s'adresse aux familles et propose de mieux connaître la maladie et la comprendre.

A l’occasion de la Journée mondiale Parkinson, le 11 avril, France Parkinson organise des événements dans toute la France. Ces Journées mondiales, qui se tiennent entre avril et mai, permettent d’informer les malades et leurs proches et sont l’occasion de sensibiliser le grand public et de faire entendre la voix des malades auprès des pouvoirs publics.

Programme des journées mondiales 2017.

source http://www.viva.presse.fr/mieux-connaitre-la-maladie-de-parkinson-172599

http://www.franceparkinson.fr/

 

Lire la suite