Hélène Giroux

1377258 10200763000782053 1793015501 n

Nous venons vous présentez Hélène Giroux auteur,conférencière,conférencière qui  nous A sympathiquement réservé cette interwiew:

Pouvez-vous nous parler de votre parcours ? Pourquoi vous êtes-vous intéressé à la fin de vie ?

Je n’ai jamais envisagé l’idée d’accompagner les gens en fin de vie, mais j’avoue que j’aime l’humain et que j’ai depuis longtemps le désir de vouloir faire une différence par mon parcours.

 En 2000, je me suis toutefois sentie interpellée par une formation de 36hrs en accompagnement. J’ai toujours eu un intérêt marqué pour la psychologie, la croissance personnelle et tout ce qui touche le développement humain. Cette formation m’a donc attirée.

La mort n’est pas un sujet que les gens abordent facilement et je souhaitais faire un bout de chemin dans cette direction pour être en mesure de l’apprivoiser pour moi, mais également pour aller chercher des outils afin d’être mieux préparée à accompagner mes parents  à traverser cette étape le moment venu.

À la suite de cette formation, je me suis mise à dévorer littéralement tous les livres qui concernaient la mort, l’accompagnement, le deuil….. et ces lectures sont encore à ce jour celles que je privilégie. L’accompagnement m’interpellait de plus et plus et j’ai eu, plusieurs années plus tard,  l’opportunité d’accompagner une tante proche de la famille, diagnostiquée d’une tumeur cérébrale.

C’est durant cette expérience que j’ai  ressentie clairement que c’était dans cette direction que je voulais orienter la suite de ma vie. Présente au moment de son décès, j’ai été profondément touchée d’assister à ce moment sacré du parcours d’un être humain. Loin de me déprimer, cela a permis que je me sente plus vivante encore, privilégiée d’avoir eu accès à l’essence même de notre existence, l’amour !

Pourquoi avoir fait un site internet ?

L’accompagnement des gens en fin de vie n’est pas un métier pour lequel on peut suivre une simple formation et se trouver  par la suite une place sur le marché du travail. Mais je suis convaincue que ce métier  spécialisé est en devenir, car la population vieillit de façon exponentielle, le cancer gagne de plus en plus de terrain et les gouvernements sont de plus en plus sensibilisés à l’idée d’encourager le développement des soins à domicile. De plus, combien de gens souhaiteraient pouvoir mourir sereinement dans le confort et l’intimité de leur domicile, au lieu de se retrouver dans le contexte froid du milieu hospitalier ……

Quand je parle de cette vocation qui est mienne, je surprends à chaque fois les gens que je croise sur ma route, parce qu’ils ignoraient qu’il existait des personnes comme moi qui en avait fait leur métier.

Il est donc urgent à mon avis de publiciser cette sphère d’activité particulière, d’informer les intervenants du milieu, mais également la population qu’il est possible de mourir chez soi, entouré de ses proches et de recevoir l’aide nécessaire pour que cette étape se passe autrement.

Comme la mort est encore un sujet tabou, il y a beaucoup à faire pour permettre aux gens de l’apprivoiser et de transformer  les nombreux préjugés la concernant. En parler, l’afficher par un site internet et une page Facebook étaient pour moi des outils accessibles, car les médias sociaux sont devenus très populaires et utilisés dans notre société.

Pourquoi avoir écrit un livre et pour qui ?

 Écrire est une passion de longue date pour moi et j’ai toujours rêvé de publier  un livre.  Lorsque j’ai commencé à côtoyer les mourants,  les gens que je croisais sur ma route ou les familles que j’accompagnais avaient toujours de nombreuses questions à me poser sur cette vocation méconnue et aussi sur tout le processus de la mort.

Au fil des années, j’ai constaté que ces questionnements étaient toujours les mêmes. Je me suis donc dit qu’il y avait vraiment un besoin de savoir, d’être informé, car peu de gens fréquentent la mort quotidiennement et peu de gens également se sentent confortables d’en parler. 

Par contre, tous auront à la vivre en perdant plusieurs êtres chers au fil d’une vie. Cela me paraissait alors important d’aborder ouvertement le sujet pour permettre au plus de gens possible de le démystifier, de se sentir mieux préparé à accompagner une personne en train de mourir.

C’est donc un livre qui s’adresse à tout le public mais qui  est également très approprié pour les bénévoles qui œuvrent auprès des malades ou des mourants, ainsi  qu’aux  intervenants du milieu de la santé qui sont malheureusement très peu préparés à confronter la mort dans leur service. Tout le monde en fait aurait intérêt à lire ce livre pour l’apprivoiser.

« Le privilège d’accompagner…choisir de côtoyer la mort »,  Éditions La Plume d’Oie

Que représente pour vous l’accompagnement en soins palliatifs ?

Accompagner une personne qui est arrivé au terme de son voyage ici-bas est un réel privilège.  Comme  peu de gens en connaissent les étapes, je me sens honorée de pouvoir apporter, autant au malade qu’à la famille, écoute, réconfort, dignité et une  présence chaleureuse. Accompagner c’est donc  être un phare sur la route.

C’est suivre le rythme du malade sans vouloir lui imposer le mien, car c’est lui après tout qui vit l’expérience, qui peut me guider à travers ses besoins. C’est respecter ses valeurs et ses croyances et lui permettre de faire des choix tant que c’est possible. C’est l’intégrer dans les décisions qui le concerne et  continuer jusqu’au dernier souffle de le voir comme un vivant et non comme déjà mort.

C’est m’assurer de répondre adéquatement à tous ses besoins physiques qui s’intensifient au fur et à mesure qu’il se rapproche de la fin, de faire tout en mon pouvoir pour le savoir confortable en tout temps. C’est le laisser pleurer aussi et respecter les moments de silence de plus en plus présents dans son quotidien. C’est lui faire savoir qu’il est encore quelqu’un…

Accompagner c’est également être un soutien pour les proches en tenant compte aussi de leur cheminement respectif. C’est faire équipe avec eux pour le bien-être du malade. C’est m’assurer que chacun reçoit l’écoute et la présence dont il a besoin pour traverser ce moment difficile, c’est les guider à travers toutes les étapes du mourir afin de mieux les préparer au décès à venir. C’est offrir du répit pour qu’ils récupèrent leur rôle de parents, leur permettre aussi de passer une bonne nuit pendant que je veille avec affection sur leur proche, c’est parfois offrir une épaule pour qu’ils puissent pleurer sans jugement…

Accompagner est donc un rôle fort important qui mérite de se faire connaître, car cela peut faire toute une différence dans une telle situation de recevoir ces  service professionnels.

 Que représente pour vous la fin de vie ?

La naissance comme la mort sont deux passages importants de notre parcours terrestre. Nous accompagnons la naissance avec enthousiasme, mais lorsqu’il s’agit de se trouver auprès d’une personne mourante, beaucoup de gens préfèrent éviter la situation.

Je crois que chaque personne qui se trouve ici est venue accomplir quelque chose à travers le cheminement de son âme, mais également pour laisser son apport au monde….et cela, peu importe la durée de vie, car ce passage n’est pas à mon sens tributaire d’un âge en particulier.

Dans cette vision, lorsqu’une personne est sur le point de mourir, c’est l’accomplissement de cette mission qui devrait être souligné. Cette personne par son unique présence a apporté quelque chose à chaque personne croisée sur sa route, lui permettant à son tour d’honorer sa propre vie.

Je me sens toujours privilégiée d’être présente  à un moment aussi important du parcours de la vie d’un être humain. Chaque personne possède en elle un trésor caché qui se dévoile bien souvent à ce moment où les artifices et les masques tombent. On se trouve dans l’essentiel lorsque la mort approche et pour la majorité des gens, ce ne sont pas les biens accumulés qui donnent du prix à cette vie qui a été vécue, mais l’amour donné et reçu.

Si vous aviez un message à faire passer ce serait quoi ?

Ce qu’on ne connait pas fait peur. La mort en fait partie. Bien que cette réalité soit omniprésente à travers notre quotidien, nous continuons de croire qu’elle touchera les autres mais pas nous.

Côtoyer la mort, c’est permettre de redonner à la vie son sens véritable. C‘est en fait le plus beau présent à offrir à une personne chère pour lui signifier tout notre attachement.  Bien que mourir soit une étape de vie intime où de nombreuses émotions sont présentes, accepter d’être accompagnés permet de grandir à travers l’expérience parce qu’on se sent  épaulés, réconfortés et guidés.

La mort est une étape normale de notre existence  et j’ai le goût de partager aux gens à travers mon témoignage,  qu’au-delà de la tristesse qu’on peut éprouver au chevet d’un proche qui se prépare à mourir, se trouve aussi des moments d’humanité incroyables et de précieux enseignements à retenir. 

www.findevie.jimdo.com

www.facebook.com/accompagnementetsoins    


texte

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire