parole d'une aidante

 

163469-183840938316724-100000724587117-518255-2677851-n.jpg

 

Pour ma grand mère de 85 ans je me suis sentie si impuissante que cela m'a marqué.

En quelques mots ma grand mère a chuté lors d un voyage, pendant une excursion en Italie.

Mes parents étaient alors eux aussi en vacances. Vers 22h je reçois un appel du village vacance.

Me stipulant qu' elle avait chuté le matin en Italie et qu' elle était rentrée le soir avec le car ( je précise une chute avec perte de connaissance, elle est porteuse de prothèse à

la hanche et à l epaule).

Que des radios ont été effectué lors de son retour dans le cabinet d un médecin de station et que je dois le contacter ainsi que l'assurance rapatriement.

C est ce que j ai fait, pour résumer mamie a été rapatriée 48h après et hospitalisée à ma demande, et sur avis du médecin cadre des urgences de l hôpital où je travaille.

Sinon elle serait rentrée chez elle avec une fracture peu déplacée du fémur, un trauma crânien et un poignet droit fêlé.

Ce qui avait été détecté par le médecin de station mais l'assurance pensait qu' elle était apte à rentrer à son domicile.

Après 1 semaine en Médecine gériatrie et plusieurs examens elle a pu bénéficier d une place en ssr pendant 3 semaines.

Nous avons pu avec le retour de mon père (son fils) mettre en place des aides ménagères et accélérer les demandes en foyer logement.

Elle y a déménagé il y a quelques semaines, entourées de ses amies et dans un lieu plus adapté que son ancien appartement.

Nous sommes rassurés et malgré quelques moments flous, quitter le logement où elle avait vécu plus de 22 ans, son dernier logement avec papy, faire le tri.

Quelle ambivalence car heureuse de ne pas aller en maison de retraite.

Elle m en a voulu pour l hospitalisation avec des mots durs mais j'ai fais au mieux car elle est mon dernier lien familial au delà de mes parents.

Les nombreux appels à l'assurance, les démarches, entretenir l'appart pendant son hospitalisation.

Toute cette énergie et cette angoisse, être aidant c'est énergivore, chronophage et parfois pas agréable mais toujours dicté par l'amour et l'affection.

J'en garde un souvenir paradoxal car la lourdeur des démarches, la bataille pour avoir des nouvelles, la distance aussi car je ne pouvais pas lui parler

à ma guise et être rassurée.

C'est pour cela que même si mon statut d'aidante a été ponctuel je tiens à souligner l' importance d' association comme celle de Marion.

Merci pour ce lien, cette écoute c'est un rocher pour ne pas sombrer.

 

texte

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire