Premier pas d'aidant

 

Aide personne

 

Premier pas d'aidant

On ne choisit pas de devenir un aidant familial.

Cela s'impose un jour parce qu'une maladie chronique,un handicap ou le grand âge fragile son enfant, son conjoint,son parent, le dépouillant parfois de son autonomie.Comme en général on ne s'y prépare pas, basculer dans le statut d'aidant plonge dans le désarroi: où trouver de l'aide?

ET génère de l'inquiétude par où commencer?

Premier réflexe quelle que soit la situation contacter le médecin de famille.Lui sera en mesure de vous diriger vers les services de santé et les services adéquats.

Source:  texte de Caroline Petit dans le mag Aider

 

A qui faut-il  s'adresser ?:

 

Si l'aidé a moins de 60 ans:  la maison départementale des personnes handicapées (MDPH)

Si l'aidé a plus de 60 ans: le centre communal ou inter-communal d'action sociale (CCAS)

le centre local d'information et de coordination (CLIC)

 

Quelles sont les aides financières ?:

 

Si l'aidé  a moins de 20 ans: allocation de l'enfant handicapé (AEEH )

Si l'aidé  a entre 20 et 60 ans : allocation adulte handicapé (AAHA)

Si l'aidé  a plus de 60 ans: allocation personnalisée d'autonomie (APA)

 

 

Témoignages (source internet):

 

Patricia est malade, Frédéric aussi mais, ensemble, ils se portent plutôt bien. Depuis que leurs chemins se sont croisés, ils n’ont cessé de se compléter, chacun accomplissant ce qu’il peut. Comme tout couple, ils ont appris à se connaître ; ils ont en plus appris à connaître leur maladie respective pour ne pas en avoir peur, en parler librement et trouver le moyen de vivre avec, à deux.

 

 

Étienne n’est pas vraiment malade, juste très fatigué. Françoise n’est pas non plus vraiment malade, du moins physiquement, mais sa mémoire fond comme neige au soleil. Et plus Françoise perd le Nord, plus Étienne est déboussolé.Vivre à deux la maladie d'Alzheimer.

 

Virginie 44 ans maman de 4 enfants de 12 A 21 ans sort d’un cancer, ça n’a pas été facile, mais désormais c’est son mari qui polarise son attention. En effet, elle est en première ligne des hauts et des bas de la maladie de son mari. Diagnostiqués en 2007 au cours d’une hospitalisation de plus de trois mois, les troubles bipolaires d’Olivier pèsent sur ses épaules d’épouse convalescente.

 

Ce n’est pas Claire qui est malade. Ni Laurent, ni Jean. C’est Thomas. Et pourtant, la maladie touche toute la famille. Claire a 39 ans, son mari, Laurent, 40 ans, Jean et Thomas, les jumeaux, ont 7 ans. Blonde aux yeux bleus, mince et frêle en apparence, Claire confie à Vivre en Aidant comment, elle et son mari, ont fait face avec courage et détermination à la maladie de son petit garçon.Thomas à une leucémie le diagnostic est tombé.

texte

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire