Se considérer "aidant" et rester soi-même: concilier les deux?Comment?

# 26/12/2016 à 17:34 mc

Bonjour.

Se considérer "aidant" et rester soi-même : est-ce possible de concilier les deux ? Et comment ?

Je pose cette question parce qu'il me semble qu'à un moment donné, se pose la question pour soi-même de savoir : mais "qui-je" maintenant, pour assumer quel(s) rôle(s), avec quelles priorités ?

Qui-je maintenant, pour faire quoi ? Et donc, aussi, quel est le nouveau sens de ma vie ? Mes projets personnels ? Mon existence même ? Mon avenir aussi ?

Qu'en pensez-vous ?
Marie-C

# 27/12/2016 à 23:40 PA

je pense qu il y a un moment où l aidant s efface devant l'aidé.

# 27/12/2016 à 23:42 MA

oui je suis d'accord avec vous et toutes ces questions l'aidant y réfléchis au début ,puis plus du tout après ou très peu puisque toute son énergie est donné à l'autre.L'aidant s'efface oui devant l'aidé et s'oublie. Apres avoir accompagner quelqu'un nous en sortons tous différent quand pensez vous?

# 28/12/2016 à 08:39 GA

Effectivement l'aidant ne se pose ces questions que lorsque sa relation d'aide est terminée ; c'est pourquoi il serait très utile que des intervenants (professionnels ou autres) tentent de faire prendre conscience de cela à l'aidant en particulier en l'incitant à échanger avec d'autres aidants dans des groupes de parole ou bien au téléphone (Avec nos proches 01 8 472 9 472).
Pour ma part ma relation d'aidant a modifié complètement ma vision de la vie : je suis encore plus à l'écoute des difficultés des autres et pour moi même je suis beaucoup plus "zen" sachant désormais relativiser mes problèmes éventuels

# 28/12/2016 à 22:23 Marie-C

Si on comprend que le fait d'être aidant ou de l'avoir été, modifie la conception de la vie, ma question demeure : rester soi-même, malgré l'aidance dans laquelle je suis, comment ? Parce que si je ne peux pas rester moi-même, qui suis-je encore ? Qu'est-ce que ma vie ?

# 29/12/2016 à 09:27 GA

"Rester soi-même" est ce une fin en soi ?
Pour tous, les épreuves nous font découvrir d'autres façons d'appréhender la vie; on ne perd pas sa personnalité en modifiant sa vision de la vie.
Cependant cela est une réflexion qui peut se faire après la période d'aidance ; durant cette période on n'est pas en capacité de réfléchir à autre chose que l'aidé d'où l'intérêt de prendre du temps pour soi en allant à des groupes de paroles ou en téléphonant à une ligne d'écoute (les professionnels qui interviennent devraient systématiquement le proposer)

# 29/12/2016 à 11:00 Marie-C

"Après l'aidance", ce n'est plus de l'aidance ; les questions ne sont plus dans le même contexte, justement.
Oui, je crois que "rester soi-même" pendant l'aidance est un point fondamental ; effectivement gênant, probablement parce qu'il met en évidence des choix difficiles, voire presque impossibles, très ambivalents et relationnels. Accepter ou affirmer ...

Répondre à ce message