Pourquoi cette culpabilité chez l'aidant

 

Pourquoi cette culpabilité chez l'aidant?

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (7)

ca
  • 1. ca | 03/12/2014
Pour les malades l'aidant s'associe à celui qui apporte soins réconfort et peut être "guérison" ? C'est un moment de partage dans la journée. Mais je dirais que la où l'aidant peut être amené à culpabiliser c'est quand il se sent impuissant face à l'évolution de la maladie. Il en connaît le déroulement il sait que tôt ou tard il va se retrouver confronter à l'inévitable. La fin de vie. Et chaque fois il en reconnaît les signes et doit les affronter. Il ne faut pas penser qu'un aidant s'habitue à la disparition inévitable des malades en fin de vie ! Non ! À chaque nouveau départ c'est un déchirement et un combat avec sa conscience ! Aurions nous pu faire autre chose encore ? Avons nous été à la hauteur jour après jour ? Et la nous sommes vulnérables comme le dit Marion parce que l'habitude des soins n'enlèvent rien à l'amour et la complicité qui de créent entre l'aidant et son patient. Je n'ai jamais oublié un seul de mes malades que j'ai accompagnés jusqu'au dernier instant. Ils sont tous la avec des instants complices privilégiés et une pensée tendre pour chacun d'entre eux !
EL
  • 2. EL | 03/12/2014
Dans mon cas l'aidant est moi meme vu que je n'ai pas d'aide médical, et je culpabilise de ne pas pouvoir le soulager, l'aider et surtout je pense de ne pas pouvoir prendre sa place.
marion
  • 3. marion | 03/12/2014
Dans un couple on est deux et dans la maladie c pareil vous êtes la femme,l'aidante,la compagne,le soutien vous apportez beaucoup croyez moi .Vous n'êtes pas à sa place c'est certain ,lui seul combat sa maladie mais vous pouvez le comprendre .Comme le dit C on se sent impuissant face à la douleur de l'autre puisque c'est la seule chose que l'on ne peut pas partager avec lui.Pour la douleur il est assez soulagé???
JM
  • 4. JM | 03/12/2014
Sur le moment je n'ai pas culpabilisé. Avec le recul je me pose la question de la réaction de l'aidant pendant les épisodes douleur intense: j'ai gardé mon sang froid sans manifesté aucune émotion pour essayer de gérer au mieux les situations avec l'équipe soignante. Vu de la personne qui souffre, est-ce rassurant ou est-ce un manque de compassion?
EL
  • 5. EL | 03/12/2014
mon mari n'a pas de douleurs physique il est justre tres fatigué. Je crois que je culpabilise aussi car une partie de moi souhaite que ce calvaire s'arrete et donc qu'il parte.
EL
  • 6. EL | 03/12/2014
je répondrai que je suis mal quand il souffre, et je voudrais aussi, comme elodie, que ce soit fini, et je me dis en meme temps, que si c'est fini, c'est qu'il ne sera plus à mes côtés, je me sens mal en ce moment
EL
  • 7. EL | 03/12/2014
je pense qu'on ressent la meme chose, on se sent tirailler entre l'aider, mais aussi nous aider, car faut bien le dire, on est dans une phase de survie,et on s'enfonce avec eux.

Ajouter un commentaire